Archives de Tag: musique

Se souvenir des belles choses #1 Leonard Cohen

3 mar

Et si on inogurait une nouvelle rubrique sur le blog.

Loin de la morosité ambiante, loin des soucis du quotidien, loin de la pétassitude des gueguerres entre collègues de travail, loin du manque de sommeil qui commence à me bouffer !

Loin… Très loin de tout ça, tous les jours on rencontre de jolies choses, et aussi rapidement qu’elles aient eu le temps de marquer positivement notre journée, on les oublie. C’est bien dommage !

Ces jolies choses sont tantôt des odeurs, des images, des sons, des mots…

Aujourd’hui c’est une musique. Le dernier Léonard Cohen que m’a fait découvrir Miss Blogdel. D’ailleurs MissBlogdel c’est un consacré de jolies choses à elle toute seule. On partage bon nombre de points communs, on aime Marianne Faithfull, Vincent Delerm, Keren Ann… mais aussi #bouare des mojitos.

Je t’invite à la suivre ici et là.

Si t’es curieuse (oui ici le féminin l’emporte et fuck la grammaire) et que tu veux découvrir quelques petits secrets me concernant, elle a tiré mon portait ici.

En attendant, revenons à notre jolie musique du jour : Léonard Cohen.

Clic, play, enjoy !

Bon WE ! Chez les Nombrils il le sera en tous cas
Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment Marcia Baila a illuminé mon matin

2 déc

Le matin avec un bébé, c’est tôt… au devrais je dire c’est toujours TROP TOOOOOOOOOT.

Et pourtant c’est aussi le plus beau moment de la journée. Celui de la longue tétée câlin, puis des bisous baveux (oui Petit Nombril sait baver faire des bisous depuis quelques jours et j’adore). On flâne au lit, que c’est bon ! Mais ça ne dure pas. Car un bébé après sa nuit de sommeil, c’est un peu le lapin dans la pub Duracell. Ca gigote, ça essaie de se lever, ça te grimpe dessus, ça chante, ça rampe, ça saute, etc.

Bref, tu voulais faire la grasse mat’ c’est raté ! Et puis faut bien se lever un jour quand même. 6h10 t’es encore couchée ?! Feignasse va !

Dans ces cas là, je passe en mode automatique, je prends Petit Nombril on va s’installer au salon, je me fais couler un café en oubliant de mettre le café, et je comate pendant que mademoiselle réveille tout le quartier avec sa table d’éveil qui fait un boucan monstre.

Ce matin, j’ai dit STOP ! J’en peux plus de ces grenouilles qui chantent ! Ni une ni deux, je sors mon tournevis, j’enlève les piles. Et ce matin, la musique c’est MOI.

Au hasard dans ma playlist, je lance Marcia Baila des Rita Mitsouko. Bon ok, les paroles sont loin d’être folichones, mais le rythme est entraînant, et ça, Petit Nombril l’a bien compris. Elle commence à sautiller sur ses fesses, agiter les bras. C’est trop chou. Du coup on danse ensemble, elle est morte de rire, je chante,

♫ Belle en scène, belle comme à la ville ♫

♫ La voir danser me transforme en excité ♫

Et là, elle fait les choeurs et m’accompagne avec ses petits :

♫ hu hu hu…. hu hu hu…. hu hu hu ♫

Elle est pas trop forte ma fille ?!

She makes my day !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ces petits riens qui font mon grand bonheur

26 sept
  • Boire un café en terrasse pendant que je sais que ma crevette est entre de bonnes mains.
  • Porter Petit Nombril en écharpe sur le ventre pendant qu’elle a le hoquet et retrouver les sensations de la grossesse.
  • Se lever au son des "kitisous" (surnom donné dans le coin aux oiseaux printaniers dont le chant ressemble au son "kitisous-kitisous-kitisous").
  • En devenant mère à mon tour, prendre conscience de l’amour incroyable que m’ont porté mes parents.
  • Ressortir l’album photo du mariage, revivre les sensations de cette journée en dehors du temps.
  • Faire fondre sous la langue les chocolats qui accompagnent les cafés de la maison du bon café. Surtout ceux qui crépitent (comme les bonbons de  notre enfance).
  • L’odeur du chocolat qui se diffuse dans la maison pendant que le gâteau cuit au four.
  • Se rendre compte à quel point Petit Nombril ressemble à son père, sans jamais ressembler à ma belle mère.
  • Regarder des courts métrages : Foutaises de Jeunet, J’ai vomi dans mes cornflakes de Tapas Film,
  • Avoir le bout des doigts usés après avoir trop joué de la guitare.
  • Rentrer son cul dans un jeans dans lequel j’avais perdu tout espoir.
  • Sentir le regard d’un homme sur moi après des mois en mode "baleine", se sentir femme, désirable.
  • Remettre de l’eau chaude dans la baignoire… sentir la chaleur se diffuser sur mon corps.
  • Ecouter Mercedes Benz de Janis Joplin , Châtenay Malabry de Vincent Delerm, Can you blame the sky de Alela Diane, Ignore moi de Mélanie Pain, assumer mon côté Bobo
  • Aller à la mer l’hiver, faire des roues dans le sable, avoir 10 ans.

Bonheur

Même que si tu regardes bien, je porte un bracelet Bijoux by Lola

  • Essayer sa robe de mariée… y rentrer encore (et même la trouver un peu grande).
  • Se rendre compte que l’on a le meilleur ami qui soit.
  • Prendre un bain avec mon bébé.
  • Se lever un matin et trouver une nouvelle branche à une de mes plantes d’intérieur.
  • Se faire tirer les cheveux par Petit Nombril… juste parce que c’est elle.
  • Allumer la TV/radio, tomber sur Jean François Zygel, l’écouter amoureusement/religieusement.
  • Sentir l’odeur du pain chaud, de l’herbe coupée, du lait fraise.
  • Passer du temps dans une librairie. Touche des livres, les feuilleter, les sentir, repartir les bras pleins.
  • Rire aux éclats avec ma fille, mon mari, lors d’une bataille de chatouille.
  • Recevoir une lettre de 10 pages de ma chère copine de collège, hésiter à lui répondre par mail par facilité, prendre un stylo, un papier et écrire… retrouver le plaisir manuscrit.
  • Finir la portion de compote maison de Petit Nombril quand elle n’a plus faim.
  • Ecrire à une des sage femme qui m’a accompagné pendant ma grossesse, recevoir une réponse – très émouvante – pleurer, constater qu’il y a vraiment de belles personnes dans les hôpitaux.
  • Voir son compte à découvert… et relativiser, se dire que le congé parental n’est pas un sacrifice financier, mais un don de temps d’une mère à sa fille (et/ou l’inverse).
  • Malgré le gros ras le bol (par moment), l’énervement (souvent)… être sûre de soi : mon mari c’est pour la vie.
  • Participer à des concours avec l’espoir de le gagner.
  • Sentir l’odeur des allumettes, bougies tout juste soufflées.
  • Pleurer à la mort de Billy dans Ally McBeal, à la fin de My Girl, de E.T. (je vous ai dit que j’avais 10 ans), à la bande annonce de la Guerre est déclarée ou encore un heureux évènement… se dire qu’on est vraiment pas une fille pour rien.
  • Dire que Facebook c’est de la merde, y aller quand même tous les jours, regarder les suggestions d’amis et retrouver une vieille copine à qui on pense souvent, sans savoir où et comment la retrouver… AimerFacebook.
  • Manger de la glace au basilic, un biscuit à l’huile d’olive, des calissons, de la fougasse… aimer sa région.
  • La regarder, encore et encore… la trouver belle, se dire que c’est MA fille.
  • La voir grandir, gagner en autonomie, devenir une petite fille, un adulte en devenir.
  • Regarder en arrière et se dire que tout ce chemin parcouru (parfois long, tortueux, douloureux) il valait le coup et putain ce qu’il est beau.
  • Regarder encore et encore Eternal Sunshine of the spotless mind, Ne le dis à personne, Les lois de l’attraction , etc.
  • Ecrire, ici ou ailleurs, être lue, commentée…

Rendez-vous sur Hellocoton !

La semaine des nombrils #22

4 juin

Cette semaine s’est déroulée en musique.

J’ai ressorti l’album Lungs de Florence + The Machine. Côté musique, je suis du genre monomaniaque, capable d’écouter en boucle le même album pendant des jours et des jours, puis du jour au lendemain changer totalement de style. Ce CD (oui je suis de celles qui achètent encore des disques) j’y reviens souvent depuis que je l’ai acheté, Dog days are over a tout particulièrement le don de me filer un punch d’enfer (y compris après une nuit de merde entrecoupée de tétéeSSSS).

Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  637 followers